Top des Statistiques Essentielles au Poker

Quelles sont les statistiques de poker les plus importantes ?

poker

Notre logiciel de poker HUD offre une grande quantité de statistiques. Il peut être difficile de savoir lesquelles sont pertinentes et importantes.

Si vous êtes novice en matière de logiciel de poker, vous pouvez ignorer toutes les statistiques, à l’exception des trois statistiques essentielles du poker (voir ci-dessous). Une fois que vous aurez compris comment utiliser les statistiques de base, vous pourrez en ajouter d’autres en fonction de votre style de jeu et de la taille de votre table.

Les trois statistiques essentielles du poker :

  • Mise volontaire d’argent dans le pot (VPIP)
  • Relance pré-flop (PFR)
  • Fréquence de relance pré-flop (3bet)

Ces trois statistiques sont un excellent point de départ pour se faire une idée du style de jeu d’une personne et elles ne nécessitent que 25 mains environ.

Par exemple un joueur 10/8/4 sera un joueur extrêmement serré, pendant qu’un 40/35/15 mettre des jetons partout sur la table.

Mettre volontairement de l’argent dans le pot (VPIP)

Au poker, le VPIP mesure la fréquence à laquelle vous mettez volontairement de l’argent pour une main avant de voir le flop. Payer la grosse blinde, la petite blinde ou l’ante n’est pas considéré comme volontaire. Par conséquent, ce pourcentage indique la fréquence à laquelle vous avez suivi, misé ou relancé.

Plus cette valeur est faible, plus votre sélection de mains est serrée. Plus elle est élevée, plus vous êtes large dans votre sélection de main de départ. Seules les mises préflop sont prises en compte.

Les bons joueurs savent qu’ils ne doivent investir de l’argent dans le pot que lorsqu’ils ont des mains de départ décentes. Un moyen simple de mesurer cela est de maintenir votre VPIP à une valeur raisonnable.

Quel est le bon chiffre pour le VPIP ?

Réponse simple : entre 18 et 24%. Cela suppose que vous voulez jouer serré, des faibles limites et sur des tables de Cash Game 6-max.

Maintenant, la réponse plus compliquée : cela dépend.

Si vous êtes encore en train d’apprendre à jouer au poker, vous devriez être très sélectif dans les mains que vous jouez. Votre VPIP pourrait donc être un peu plus bas que 15%.

Moins il y a de personnes à la table, plus vous pouvez jouer de mains. Si vous êtes sur une table pleine de joueurs débutants, vous pouvez également vous relâcher.

Un joueur expérimenté qui comprend les subtilités du jeu peut s’en tirer avec un VPIP compris entre 20 et 27 %. En 3-max ou en heads-up, la plupart des joueurs ont un VPIP beaucoup plus élevé. Également en Omaha, les valeurs VPIP seront encore plus élevées.

Relance pré-flop (PFR)

joueur poker

La statistique PFR indique combien de fois vous avez relancé avant que le flop ne soit vu. Une valeur élevée est l’indicateur d’un joueur agressif. Une valeur faible indique un joueur passif. Les bons joueurs sont des joueurs agressifs.

Votre PFR peut varier entre 0 % et la valeur de votre VPIP. Donc si votre VPIP est de 20%, votre PFR ne peut pas être supérieur à 20%. Idéalement, il devrait être un peu plus bas que votre VPIP, mais pas beaucoup plus.

Les mauvais joueurs et les débutants jouent timidement et appellent trop souvent préflop. Les bons joueurs se couchent ou relancent fréquemment avant le flop, surtout si aucun autre joueur n’a encore relancé. Si vous n’êtes pas prêt à relancer vous devriez envisager de vous coucher. Evitez de suivre avant le flop juste au cas où il soit bon.

Quelle est une bonne fourchette de PFR ?

Entre 2 et 3 % de moins que le VPIP. Si votre VPIP est de 15%, le PFR devrait être d’environ 12%. Ces deux chiffres combinés indiquent que vous ne jouez que des cartes fermées de qualité, et que vous relancez principalement avec elles avant le flop. En d’autres termes, vous jouez comme la plupart des livres et forums de poker le conseillent.

Fréquence d’agressivité post-flop (Agg)

Agg indique le degré d’agressivité de votre jeu postflop. Plus ce chiffre est élevé, plus vous jouez de manière agressive. Il doit être interprété en combinaison avec le VPIP. Les joueurs qui voient très peu de flops auront naturellement tendance à avoir un pourcentage d’agressivité plus élevé car ils ne jouent que des cartes fermées de qualité supérieure.

Les mauvais joueurs jouent passivement après le flop. Ils checkent ou suivent trop souvent. Les bons joueurs savent qu’il faut jouer les bonnes mains de manière agressive après le flop. Parce que les joueurs avec des mains spéculatives sont obligés de se coucher avant d’obtenir des cartes gratuites.S’ils touchent le flop ou ont une main dominante, une mise ou une relance augmentera leur rendement.

Quelle est une bonne fourchette Agg ?

50 % à 60 % est idéal, en supposant que vous avez un VPIP de 15 % à 20 %. S’il es plus haut, vous surjouez probablement des mains spéculatives et des mauvaises mains, et vous bluffez trop. Plus bas, vous ne jouez pas vos bonnes mains après le flop.

Laissez le bluff pour le cinéma. Pour les jeux en ligne à faibles enjeux, le bluff est beaucoup moins important qu’une bonne compréhension des probabilités des mains gagnantes.

Big blinds gagnés/100 mains

Les trois statistiques que j’ai présentées jusqu’à présent ne signifient rien si vous ne parvenez pas à maintenir un taux de gain positif. Une bonne façon d’avoir taux de victoire stable est de mesurer combien vous avez gagné en termes de grosse blind. Que ce soit à travers différents niveaux de mise, tailles de table et adversaires. Si vous jouez à une table où la grosse blind est de 0,50 € et que vous avez gagné 20 €, considérez que vous avez gagné 40 grosses blindes.

Si ce chiffre n’est pas positif, alors vous perdez de l’argent. Le meilleur remède est de passer à un niveau de mise inférieur, où les adversaires sont plus faibles. Au contraire, si vous gagnez régulièrement au fil du temps, alors vous devriez envisager de passer à un niveau de mise plus élevé.

Ajustement de votre jeu en fonction des statistiques de l’adversaire

joueur table poker

C’est là que notre logiciel HUD de poker devient vraiment utile : analyser et exploiter les faiblesses de l’adversaire. Considérons quelques joueurs hypothétiques :

Tight Tim a un VPIP de 5%, un PFR de 5%, et un Agg de 100%.

Avec un VPIP aussi bas, nous pouvons supposer que ce joueur se couche sur tout sauf sur les meilleures mains. Et avec un PFR égal au VPIP, lorsqu’il a des mains de qualité, il relance. Donc si ce joueur relance, et que vous êtes le prochain à agir, vous savez que vous devez vous coucher sur toutes les mains sauf les meilleures, comme AA, KK, QQ. Vous pouvez être presque certain que si vous allez au flop, il relancera postflop. Alors jouez plus serré que d’habitude avec ce joueur. Mais lorsque vous avez une bonne main et qu’il se présente, vous pouvez être sûr que le joueur B mettra beaucoup de jetons dans le pot. Votre pot, espérons-le.

Pete le Passif a un VPIP de 20%, un PFR de 16%, et un Agg de 10%.

Ce joueur semble avoir une bonne maîtrise du jeu pré-flop. Mais quand il arrive au flop, il devient timide. Il va probablement vous donner une chance postflop. Si vous allez au flop avec lui et relancez, il y a de fortes chances qu’il se couche. Donc vous pouvez jouer un peu plus agressivement à la fois préflop et postflop.

Eddie l’Aigle a un VPIP de 22%, un PFR de 19%, et un Agg de 55%.

Eddie a un bon équilibre entre le jeu préflop et postflop. Préflop, il joue serré et agressif. Postflop, il trouve un équilibre entre pousser fort avec ses bonnes mains et se coucher ou checker avec ses mains plus faibles. Eddie serait bien inspiré de passer à la compréhension de statistiques de poker plus avancées.

Suivi de vos statistiques de poker

Les joueurs de poker utilisent des logiciels de poker comme Poker Copilot pour enregistrer automatiquement leurs mains. Chaque main est décomposée en de nombreuses statistiques, qui sont ensuite agrégées en pourcentages simples.

🥇 Top 3 casinos

Promotion Cresus
Promotion banzai slots

📰 Derniers articles